Brochet au streamer

article proposé par Les mouches artificielles MOANA

La pêche du brochet au streamer

La pêche du brochet au streamer est une technique qui remporte un franc succès depuis qu’elle a vue le jour il y a quelques années dans une certaine discrétion. 

Si la pêche au fouet de ce grand carnassier d’eau douce peut surprendre, il n’en reste pas moins vrai que cette technique apporte des résultats réguliers, pour peu que l’on sache faire face aux particularités de cette technique… 

Le matériel nécessaire

Pour pêcher le brochet, le matériel requis est assez lourd. Une canne à mouche de réservoir de 9 à 10 pieds pour soie 6 à 8 vous permettra de vous sortir de la plupart des situations. 

Un moulinet manuel simple suffira largement pour cette pêche mais il est presque toujours nécessaire de posséder une bobine supplémentaire (l’une est garnie d’une soie plongeante pour la pêche hivernale, l’autre d’une soie flottante ou intermédiaire plus fine). 

Les soies à utiliser sont : une WF6F ou 7F et une soie WF8S 

Préférez l’utilisation de soies à fuseau décentré (WF) qui facilitent le lancer de streamers parfois lourds. 

Le bas de ligne doit être court pour les pêches les plus lourdes avec la soie plongeante. Comptez environ deux mètres dont un mètre de pointe en 22/100 à 28/100. Ce bas de ligne doit être raccourci de 50cm pour la pêche avec des boobies géants. 

Pour les pêches de surfaces avec la soie flottante le bas de ligne doit être long et plus fin pour permettre une immersion rapide du leurre même s’il est peu lesté. Un bas de ligne de 3.50m dont la pointe est en 22/100 vous permettra de sortir votre épingle du jeu. 

N’oubliez pas d’interposer un morceau de tresse ou de câble (qui limite nttement plus la nage du streamer et ne peut être utilisé lors de pêches de surface avec des poppers, des muddlers) entre le streamer et la ligne. Ce détail est d’une importance capitale car lorsque les poissons sont de taille respectable, l’engamage porte souvent la ligne directement sur les dents acérées du carnassier.

Les leurres

 Le brochet est un poisson difficile qui a en plus de cela tendance à ne pas se fatiguer sans raison valable. Les leurres à utiliser doivent être volumineux et très mobiles. Le lestage doit être le plus limité possible par rapport au volume du leurre pour que la nage soit très souple et que la récupération puisse se faire de la façon la plus lente possible. 

Les leurres imitatifs demeurent des valeurs sûres. Les imitations d’alevins, de crustacés, de grenouilles sont très intéressantes à mettre en œuvre lorsque les conditions de pêche sont difficiles. 

La taille des leurres à employer varie de 10 à 18cm. 

N’hésitez surtout pas à animer vos leurres de manière très lente et fluide. Les brochets se saisissent parfois du leurre au moment où il est totalement inerte… La touche est alors imperceptible ou presque. 

Ne vous bornez pas à chercher une couleur qui marche pour vos streamers. Seul les contrastes vous assurant que le brochet perçoit aisément votre leurre sont importants.

Pensez à utiliser des streamers à fibres souples en eaux dormantes et à fibres dures en eaux courantes tout en gardant à l’esprit que les panachages de fibres sont souvent très efficaces. 

Les postes à prospecter 

Si vous pêchez en rivière les postes sont assez marqués : les grandes plages où se regroupent le frai de l’année, les contre courants, les abords d’obstacles, les fosses, les grands herbiers… 

En plan d’eau les postes tout aussi marqués, les herbiers, les souches immergées, les obstacles, sont autant d’abris que les brochets se disputent. Les chasses seront cependant votre meilleur indicateur, comme dans la plupart des pêches de carnassiers. 

La technique de pêche

En l’absence de chasses marquées, visibles en surface, ce qui est hélas fréquemment le cas, la pêche de l’eau doit être effectuée en recherchant tous les postes à brochet classiques. 

Les abords d’obstacles, les herbiers, les hauts fonds doivent être pêchés en toutes saisons et l’animation doit toujours être lente. Les brochets sont extrêmement paresseux et ne poursuivent pas leur proie comme le feraient black-bass et perches. 

Une animation souple constituée de petites tirées ou de tricotage de la soie semble parfaitement convenir aux grands becs. 

En période estivale, les confluences sont très fréquemment les meilleurs postes. 

La pêche à la mouche permet par ses particularités (légèreté du leurre, anti-herbes, finesse, etc.) dans certains cas (lacs très peu profonds, herbiers très denses) des captures qu’aucune autre technique n’autoriserait. 

La proximité des concentrations de poissonnets est à prospecter en priorité. Peignez, par exemple, régulièrement et lentement toute la périphérie des bancs de gardons ou autres poissons fourrages qui se regroupent. 

Si la végétation est importante, l’utilisation de leurres équipés de systèmes anti herbes (les montage avec de la corde à piano sont les plus efficaces avec ces gros leurres) peut vous éviter tous les désagréments du monde et vous offrir de belles captures. La pêche avec des poppers, muddlers ou mieux encore avec des streamers de surface est alors fructueuse si les brochets ne sont pas calés. 

En hiver les pêches doivent se faire plus profondes avec le recours à des soies plongeantes et à des leurres parfois énormes. 

N’oubliez pas les fameux Boobies dont certaines variantes prévues pour la pêche du carnassier vous réservent de grosses surprises. 

Le brochet au fouet

La pêche du brochet au streamer vous donnera des satisfactions nombreuses dont la première te pas la moindre et de pêcher des poissons sauvages, difficiles et de taille honorable avec une technique moderne et passionnante. 

Les prises d’autres carnassiers que le brochet seront plus ou moins fréquentes, selon la région où vous pratiquez et mettront un peu de piment dans vos parties de pêche. 

Articles en relation

le brochet    la pêche du brochet

Les mouches artificielles MOANA

moana logo